Le contexte et les objectifs


Les accès français de la ligne nouvelle Lyon-Chambéry-Turin ont été déclarés d’utilité publique par décret du 23 août 2013.

Cette décision fait suite à un processus de 20 ans d’études et de concertation entre les parties prenantes et SNCF Réseau, maître d’ouvrage du projet, ainsi qu’à l’enquête publique qui s’est déroulée début 2012.

Raccordé au futur tunnel international sous les Alpes, ce projet de 140 km de lignes nouvelles pour la partie française, entre Lyon et Saint-Jean-de-Maurienne, est la réponse à de forts enjeux régionaux, nationaux et européens.

Dépasser les limites des lignes actuelles

Les lignes existantes d’accès aux Alpes du Nord, dont la construction remonte au 19e siècle, n’offrent pas des conditions optimales pour le transport de marchandises et ne permettent pas de répondre à l’évolution du trafic voyageurs. Relancer l’attractivité du fer et favoriser le report modal de la route vers la voie ferrée, implique de développer et d’améliorer les performances du réseau.

Le programme Lyon-Turin, dont fait partie le projet des itinéraires d’accès au tunnel franco-italien, porte des objectifs ambitieux, concernant le fret et les voyageurs :

  • relier les réseaux français et italien dans le cadre du schéma européen des lignes ferroviaires à grande vitesse :
  • rendre le transport de fret plus performant,
  • favoriser la complémentarité entre modes,
  • augmenter l’accessibilité des Alpes du nord,
  • contribuer à l’amélioration des liaisons ferroviaires à l’intérieur de la région Rhône-Alpes.

Un projet européen

Depuis 1996, la Commission et le Parlement Européens ont inscrit la nouvelle liaison ferroviaire Lyon-Turin comme un des 14 projets prioritaires de  développement du réseau de transport transeuropéen.

Cette décision a été confortée par la Commission Européenne qui a inscrit la liaison Lyon-Turin en octobre 2011 dans le nouveau réseau central de transport de l’Europe, au cœur du corridor méditerranéen n°3 reliant Séville à Budapest.

Le corridor ferroviaire méditerranéen - source La Transalpine